Un complexe sportif à Saint-Maximin : oui mais pas à n’importe quel prix !

Beaucoup d’associations sportives sont en souffrance pour accueillir leurs adhérents dans de bonnes conditions et le projet de complexe sportif répond à une réelle demande.

Un exemple de gymnase avec sa tribune de 250 places. Complexe sportif construit en 2017 pour 1,7 millions d’euros

Néanmoins, il sera fondamental de reprendre l’avant-projet définitif pour avoir un équipement qui répond aux besoins du plus grand nombre d’associations mais aussi au rayonnement de la ville. Si je suis élue Maire de Saint-Maximin, je reprendrai ce projet en veillant sur les 3 points suivants :

✅ Un équipement sportif pensé pour des manifestations le week-end

Comment imaginer qu’une tribune de 250 places (comme aujourd’hui le projet le prévoit) soit en cohérence avec la ville de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume ?

Une tribune de 1000 places (comme présentée sur les photos) correspond mieux à l’accueil de compétitions de niveau régional. L’objectif premier est d’engendrer plus de retombées économiques (hôtellerie, gîte de particulier, restauration, commerce).

De plus, les compétitions de niveau régional, voir supra-régional, vont se dérouler sur l’ensemble du week-end et, de fait, générer de l’activité. Saint-Maximin se situe à un emplacement géographique central dans la région Sud. Ainsi, un équipement bien dimensionné va être pleinement exploité par l’ensemble des Ligues Régionales sportives pour leurs compétitions. L’investissement financier pour la ville concernant l’équipement pourra ainsi bénéficier à l’économie locale.

Cet équipement pourrait aussi permettre d’organiser des évènements non sportifs comme « des galas » de fin d’année d’école par exemple, voire les prochains débats des élections municipales 2026…

Une tribune de 1000 personnes pour un complexe sportif construit en 2012 pour 6,9 millions d’euros avec trois salles différentes et son grand espace de réception

✅ Un équipement sportif pensé pour la semaine au service des Saint-Maximinois

Avant tout, la construction de cet équipement doit être au service de l’ensemble de nos associations sportives et ainsi des habitants de Saint-Maximin. Voici pourquoi l’équipement doit être fonctionnel et donc modulable. Ainsi, la fameuse tribune de 1000 places doit être rétractable pour permettre un second plateau sportif en semaine.

Ainsi, ce second espace va permettre, avec un rideau central, d’accueillir en semaine une 2ème activité sportive (badminton, volley-ball, gym douce, roller, etc…) sans nuire à la pratique d’une autre discipline sur le plateau principal. Cette mutualisation des moyens va permettre de pouvoir presque doubler les possibilités de créneaux et ainsi permettre à toutes les associations d’accéder à ce nouvel équipement. L’utilisation de l’équipement peut avoir une prédominance vers certains sports mais l’exclusivité n’est pas viable pour un équipement avec une durée de vie de minimum 30 ans.

Même salle de 1000 places qui permet de libérer un plateau sportif de 12m par 24m

✅ Un complexe sportif mais pas à n’importe quel prix pour la commune

L’utilité incontestable du complexe sportif n’exonère pas les élus d’une réflexion posée sur les moyens financiers à y consacrer. Les experts auprès desquels j’ai pris conseil sont tous unanimes :

  • Pour le budget prévu de 17 millions d’euros, la ville pourrait faire construire une mini Arena
  • Plus de 75% d’autofinancement sur un tel budget, c’est une charge financière bien trop lourde pour la ville

La dernière campagne de soutien de l’Agence Nationale du Sport auprès des collectivités porteuses de ce type de projet démontre 2 éléments :

  • Le coût moyen pour les projets similaires est plutôt aux alentours de 5 à 8 millions d’euros
  • La participation sur fonds propres des collectivités se situe entre 20 et 50% maximum

De plus aujourd’hui où chaque euro d’argent public est difficile à collecter, on nous laisse entendre que deux équipements sportifs (complexe pour la ville et la piscine pour l’agglomération) vont s’implanter sur un même espace en se tournant le dos alors que nous pourrions mutualiser des services comme : le hall d’accueil ; le système électrique et de chauffage, les voiries et réseaux divers.

On remet en place les tribunes en quelques secondes avec une télécommande

Enfin, au regard de la durée de vie de minimum de 30 ans pour ce type d’équipement sportif, je ne souhaite pas faire porter la dépense sur les seuls contribuables d’aujourd’hui. En effet, cet investissement va bénéficier aux générations futures, il est cohérent d’en étaler le financement sur la durée de vie de l’équipement. Mon engagement sera que les travaux ne devront pas dépasser les 5 millions d’autofinancement. La ville doit prévoir d’autres investissement au cours du mandat et veiller à ce que chaque euro d’argent public soit bien dépensé.